L’Europe par les Hauts

L’objectif principal ou plutôt le prétexte de ce projet un peu fou : Se rendre, par des moyens non motorisés et les plus adaptés possible au lieu et au moment, sur les points culminants de tous les pays de l’Union Européenne. Ca veut donc dire : à pied, à ski, en vélo, en roller, à cheval, en bateau (moins facile pour un point culminant sans doute..), etc.

Le choix du moyen de transport non motorisé ne s’applique pas à l’approche elle même du point culminant mais d’une façon générale les moyens de transports les moins agressifs (train, mini-bus, etc..) pour l’environnement seront privilégiés.

En novembre 2009, c’est le bateau qui a été choisi pour se rapprocher de la Grèce, en avril 2011 c’est en train que le groupe OXYGENE a rejoint la Laponie suédoise, en 2013 c’est à vélo qu’une douzaine de membres s’est rapproché du Triglav point culminant de la Slovénie afin d’en faire son ascension.

IMG_0553

En arrivant au sommet du Grossglockner, point culminant de l’Autriche

Les objectifs annexes (mais peut être plus forts et plus intéressants que l’objectif principal) :
– découvrir ensemble des régions (pas forcément montagneuses, le point culminant de Malte est une falaise au bord de la mer, celui du Luxembourg au milieu de la campagne, etc..) où on n’aurait peut être pas forcément l’idée d’aller, vous iriez passer des vacances au « Kekes » point culminant de la Hongrie, vous ?
– rencontrez tous ces peuples européens qu’on ne connaît pas, découvrir d’autres cultures, manger et boire autre chose que chez soi, entendre une autre langue et s’offrir au final une formidable leçon de géographie et d’humanité pour petits et grands. Ce serait bien aussi pourquoi d’y associer d’autres associations ici ou là bas.

Des français, des slovaques, des tchèques, des polonais, un roumain au sommet du Gerlach, point culminant de la Slovaquie

Des français, des slovaques, des tchèques, des polonais, un roumain au sommet du Gerlach, point culminant de la Slovaquie

Le but n’est donc pas d’aller à toute vitesse poser ses pieds sur une montagne et revenir aussi vite mais dans la mesure du possible, lorsque ça vaut le coup et c’est évident que partout ça vaut la peine, prendre son temps une semaine voire plus pour explorer un peu.

P1020435

En « descendant » du Snecka, point culminant de la République Tchèque

Ce projet pour qui ? : l’idéal serait, dans la mesure du possible, de le rendre accessible au plus grand nombre. Il est sur que tout le monde ne pourra pas tout faire, je pense même qu’il y a peu de chance que quelqu’un « fasse » les 28 points culminants – si, Marie Noelle peut être … A part quelques points culminants (Mt Blanc, Mt blanc de Courmayeur, le sommet de la Finlande,…) la plupart sont accessibles relativement facilement.

Ski au milieu des rennes en Laponie suédoise

Ski au milieu des rennes en Laponie suédoise

Les enfants sont les bienvenus et tous ces voyages sont conçus avec le soucis de les rendre accessibles aux plus jeunes, même si ce n’est pas le plus facile mais quelle formidable leçon de géographie et n’y a t’il pas plus belle école de la vie ?

Jessica (11 ans) sur les flancs de la Zugspitze, point culminant de l’Allemagne

Jessica (11 ans) sur les flancs de la Zugspitze, point culminant de l’Allemagne

Il faut également que ce soit souple, c’est à dire qu’on puisse se joindre à un « voyage » quand on le souhaite, au rythme où on peut, où on veut, en fonction de ses moyens, aucun engagement, aucune pression. Par contre, les destinations lointaines ne se préparent pas à la dernière minutes, il faut donc parfois s’inscrire plusieurs mois à l’avance.

Lors de la traversée du Teide, point culminant de l’Espagne

Lors de la traversée du Teide, point culminant de l’Espagne

Combien de temps, combien d’années pour mener ce projet au bout ? Impossible de savoir et à la limite on s’en fiche, la programmation se fera au hasard des opportunités, des possibilités des uns et des autres, des rencontres, des envies. On n’a pas de contrat à remplir. L’important n’est pas le but mais le chemin.

Au milieu des Fagnes non loin du point "culminant" de la Belgique

Au milieu des Fagnes non loin du point « culminant » de la Belgique

Combien ça coûte ? C’est extrêmement variable car fonction de l’éloignement, des moyens de transports choisis, du niveau de vie du pays visité, etc… Mais, comme d’habitude dans notre association, le soucis de rendre nos projets accessibles financièrement au plus grand nombre est un soucis permanent.

Camping, déplacements en vélo, la recette des voyages au budget "serré"

Camping, déplacements en vélo, la recette des voyages au budget « serré »

Pourquoi ce nom : l’Europe par les hauts ? En vosgien, « les hauts » désignent les crêtes, le sommet des montagnes, c’est donc un petit clin d’œil au massif le plus proche de chez nous même si ce n’est pas rigoureusement français.

On avance, on avance, en 2017 ce sont déjà 23 sommets qui ont été atteints par des groupes Oxygène…

Il reste donc 5 sommets à gravir :

  • Le Halti (1328 m.), point culminant de la Finlande. Très compliqué celui-là, en hiver il y fait très froid, en été on y est dévoré par les moustiques. 
  • Le Gaizinkalns (312 m.), le Juozapine Kalnas (292 m.), le Suur munamägi (318 m.) respectivement points culminants de la Lettonie, Lituanie, Estonie. Pour ces 3 là un tir groupé est envisageable.
  • Le Dinara (1830 m.) sommet de la Croatie, dernier entré dans l’UE.

Le magazine Carnet d’Aventure a publié un article de 6 pages sur notre projet.

Les commentaires sont clos.