Lionel et Jicé à la neige

STAGE DE MONITORAT AUX 2 ALPES - Novembre 2006

Quel plaisir de commencer la saison de ski en novembre, même si c’est sur un glacier et pour un stage de moniteur.

Avec Lionel, charmant compagnon de route, nous filons vers les sommets alpins, destination SKI. Voyage sans encombre, normal pour un dimanche hors vacances. Au dire de Lionel « tu roules à 2 à l’heure », donc le temps de route fut, pour lui uniquement, un peu long … il dura pourtant à peine 8 bières.

Le ski aux 2 Alpes
Le ski aux 2 Alpes

Le casse croûte de midi fut des plus frugales, sur un parking poids lourd d’une autoroute dont les tables de pique-nique étaient prises d’assaut par une horde de tourisme étranger, mais où vont t-ils donc ces fous quand ils s’en vont

Arrivée aux 2 Alpes vers 16 h, nous n’avons pas, comme le précisait les panneaux dans les lacets de la montée, chaîné. Pas le moindre petit flocon ni la plus petite plaquinette de neige bref nous étions en tee-shirt à 1600 mètres en novembre … tout à fait incroyable.

La prise de contact avec l’hôtel fut quelque peu froid, le taulier, M. TENARDIER était fortement occupé vu qu’il y avait plus de clients que de chambres d’où le malaise. Nous ne pouvions avoir de suite notre clé de chambre car nous n’étions ni marié (avec Lionel) ni pacsé donc il fallait attendre que … nous ne savions point.

Petit tour dans la station de sport d’hiver qui avait plus l’air d’une station balnéaire à la tenue des touristes, très légèrement habillés. De retour à l’hôtel et grâce à l’adoption d’un troisième larron (surnommé quelque jours plus tard frère TUCK mais c’est une autre histoire) nous pûmes recevoir notre clé et procéder à notre installation.

A TABLE … nous investissons, tous les trois, une table afin de la compléter et nous nous trouvons en compagnie de charmants compagnons avec qui nous partagerons nos repas du soir dans une chaude ambiance (voir très chaude).

Après une première nuit plus ou moins réparatrice pour certains nous attaquons notre première journée de ski avec un échauffement d’enfer … la télécabine n’est pas tout près et il faut y aller à pied ! Sur le glacier grand soleil, température estivale donc coup de soleil fatal.

Les cours se déroulent comme des cours c’est-à-dire on écoute et de temps en temps on skie.

Le mardi … le drame du glacier isolé du monde

Départ le matin de bonne heure pour pouvoir profiter de quelques descentes avant de retrouver notre moniteur vers 9 heures. Montée rapide et à nous les pistes béton, car la nuit sur le glacier il gèle.

A 9 heures pas de moniteurs, a 10 heures pas de moniteurs … étrange. Et c’est là que nous apprenons que le téléphérique est en panne, pièce cassée pour certains, panne in-formatique pour d’autre. Grâce au téléphone portable nous pouvons contacter les moniteurs qui nous annoncent qu’ils ne peuvent monter et que nous ne pouvons pas descendre. Nous attendons sur les pistes en profitant de cette journée de quartier libre, avec une question que devient la panne … courte ou longue ?

Elle fut très longue….

Tout au long de la journée les informations contradictoires fusent de toute part mais vers 15 heures le verdict est tombé … panne définitive pour la journée. Que faire ? Soit descendre à pied (environ 2 heures ski sur le dos) ou espérer le plan B qui est d’attendre que les pisteurs tentent de démarrer le télésiège pour évacuer le glacier.
La décision fut d’attendre le télésiège !

Aux mains des rebelles
Aux mains des rebelles

Vers 16 heures les pisteurs démarrent la remontée mécanique et commencent à faire descendre les skieurs, jusque l’intermédiaire pour la bonne raison que le premier tronçon était en panne. Descente longue et très lente, notre baroudeur Lionel adore les descentes en télésiège (sic).

Arrivée à l’intermédiaire une armée de 4X4 nous attendait pour nous redescendre jusqu’au téléphérique, nous étions les exfiltrés du glacier, tel les réfugiés des guerres coloniales. Les italiens (fidèles à eux-mêmes) semèrent la panique pour pouvoir descendre le plus rapidement possible.

Vers la frontière pakistanaise
Vers la frontière pakistanaise

Le parcours dans les véhicules, conduits par des fous, fut une nouvelle épreuve. Le chemin de terre ne permettait le passage que d’un véhicule … pourtant les 4X4 descendant croisent ceux montant. Ne jamais regarder la route ni devant, ni derrière, ni sur les côtés, d’autant plus que Lionel et moi étions dans la benne tel du bétail au milieu des skis.

Arrivés au terme de la piste (de terre) nous étions couverts de poussière, difficile de croire que vous venions de faire une journée de ski, nous ressemblions plutôt (le chien) à des méharistes de retour d’une caravane à travers le sahara.

QUELLE AVENTURE !!!

Le reste du séjour fut agréable après cette mémorable journée toutefois banale.
Au final Lionel est « moniteur 1er degré » et je fut confirmé « 2ème degré ».

 

Les derniers articles par Jicé (tout voir)

Partager cet article sur :

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers articles

OXYGENE cherche de l’argent

Le Val d’Argent dans les Vosges est une magnifique vallée et on la connaît un petit peu puisque on y a déjà skié. Cette fois,

Rando dans le Pitztal

Premières pistes dans le Pitztal

Essayer donc de lire le titre de cet article le plus rapidement possible… Le Pitztal c’est quoi, c’est où ? Le Pitztal, c’est une vallée

Le TDN à VTT

Le Tour de Nancy est un sentier balisé, par le Club Alpin Français, d’une centaine de kilomètres et comme son nom l’indique, il fait le

le Lux à vélo

Non, on ne va pas vous parler de vélo avec une chaîne en or et un cadre avec des diamants incrustés mais simplement de balades