Bike & ski en Valais

Il y a des we où on a du mal de choisir entre faire encore une dernière sortie en ski de rando ou bien partir pour un grand tour en VTT. Et si on mélangeait les deux ?
On est déjà en juillet mais les énormes quantités de neige tombées cet hiver laissent espérer de pouvoir encore tenter l’ascension et la descente à skis du Fletschorn, un presque 4000 (3984 m. seulement…) mais à cette saison la marche d’approche est forcément interminable.


Summer Bike & Ski from Xav Films on Vimeo.

Et si on remplaçait la marche d’approche par une belle balade en VTT ? Il y a en effet un chemin qui part de Saas Balen à 1500 m. et qui grimpe jusque la langue du glacier à 2800 m., de là on doit pouvoir chausser…

Même si ça déjà été réalisé par un italien avec visiblement une très grosse condition physique, loin de nous l’intention de tout faire en un jour et comme il n’y a point de refuge sur ce versant, le bivouac est donc la solution.

Matos de ski + matos de bivouac, il va donc falloir tout caser sur nos biclous. Pas simple surtout pour les skis et les chaussures. Les premiers trouveront place le long du cadre, le reste dans une charrette tirée par notre vélo.

1300 m. de dénivelé à vélo avec des charges pareilles ça tape ! Arrivé à l’emplacement prévu pour le bivouac on fait donc une croix sur l’idée initiale qui était de faire un petit décrassage skis aux pieds jusque la Senggchuppa encore 900 m. plus haut. On se contentera de siroter les bières qu’on a montées jusque ici…

Le plus compliqué à cette saison et de trouver le bon timing pour savoir à quelle heure attaquer la descente : trop tôt, la neige sera trop dure et vu la raideur de la pente au sommet ce n’est pas conseillé, trop tard la neige sera inskiable car trop molle et le risque de coulée ou de chute en crevasse trop important. Vu l’orientation de la face on met le réveil à 6h30.

Les premières pentes nous minent le moral, la pluie tombée lors des derniers orages a sculpté la neige de sorte que même avec les peaux et les couteaux les skis n’accrochent pas, on chausse donc les crampons mais comment on va faire à la descente ?

La partie supérieure bien que raide se fait bien en peaux et couteaux. Le glacier est pas mal crevassé par endroit mais ça passe encore pas mal. Ensuite, comme la pente se redresse nettement, on est obligé de remettre les crampons mais la neige est lisse, donc ça devrait être skiable.

L’arrivée au sommet est grandiose. Le Fletschorn se situe à proximité du Weissmies où nous étions il y a une quinzaine de jours, en face les 4000 de Saas-Fee, le Mont Rose, le Cervin.

C’est donc vers 13h qu’on attaque la descente : excellente ! Sous le sommet, la pente est bien raide mais le grip est parfait. La suite est tout aussi géniale, les passages à proximité des séracs sont magiques et même la partie basse que nous redoutions se laisse skier sans trop de mal.

Un court déchaussage au niveau de la moraine et c’est le retour au bivouac où il faut de nouveau tout faire tenir sur les vélos et les charriottes.

Et c’est parti pour une folle descente ! Au final VTT et ski de rando font bon ménage à cette saison. A refaire avec d’autres objectifs, ce n’est pas ce qui manque.

Suivez moi

Thierry

Moniteur de ski de randonnée, accompagnateur montagne, un des co-fondateurs d'Oxygène.
Suivez moi

Les derniers articles par Thierry (tout voir)

A propos Thierry

Moniteur de ski de randonnée, accompagnateur montagne, un des co-fondateurs d'Oxygène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.