Clavière, le retour de la revanche

On peut dire qu’on a eu le nez fin, cette année, de mettre le cap au Sud pour notre traditionnel stage de février, alors qu’au nord les skieurs grattaient sans enthousiasme les restes de neige à canon, on a pu pratiquement tous les jours skier dans la poudre. Oh, bien sûr, pas besoin de prendre sa respiration entre deux virages pour passer au travers des gerbes de neige mais elle était quand même bien bonne cette neige du Sud.

Cette fois, c’est à Clavière qu’on avait installé notre camp de base. Clavière un petit village italien bien sympa situé à un jet de boule de neige de la France et relié au domaine de Montgenèvre et à celui de la Voie Lactée comprenant Sestrières. Comme les italiens n’ont pas de vacances en février autant dire qu’on ne se bousculait pas.

Ben, vous êtes où les gens ?

Un bon stage commence toujours par un bon repérage, ça évite de louper des trucs monstrueux ou pire de se lancer dans des galères dont on va nous reparler pendant dix ans. On avait donc dépêché sur place quelques fin limiers qui sont aux moniteurs de ski ce que les sangliers truffiers sont aux cochons d’élevage. Et en une journée d’inspection minutieuse des meilleurs champs de poudre, le diagnostic tombait : “on va faire du bon ski c’te semaine”.

1

Question logement, il y a 4 ans on avait déniché un plan original : la Capanna, deux petites bâtisses posées entre deux pistes de ski du domaine de Clavière, certes ce n’est pas le Hilton mais on y mange super bien et l’équipe qui gère l’endroit a été aux petits soins pour nous toute la semaine, et puis habiter sur les pistes de ski c’est quand même le rêve de tout skieur, non ?

 

Côté ski, gérer près de 40 personnes de niveau très différents, de quasi débutant à expert et âgés de 9 ans à ….hou là là, n’est pas forcément évident. De plus la spécificité de notre association est d’aider chaque skieuse ou skieur à atteindre le bagage technique suffisant pour pouvoir s’adapter à n’importe quel type de terrain et pouvoir rapidement sortir des pistes en toute sécurité. On avait donc sorti tous nos monos afin de pouvoir évoluer en petits groupes relativement homogènes.

1

Question météo, on avait commandé un soleil radieux sur l’ensemble de la semaine et on a été entendu, bien sûr les grincheux diront qu’une bonne tombée de neige en milieu de semaine n’aurait pas fait de mal mais bon pour les accros à la poudre on a quand même réussi à dénicher quelques belles descentes presque jusqu’au dernier jour.

  

Ce genre de stage est également, pour celles et ceux qui le souhaitent, l’occasion de découvrir notre sport de prédilection qui est le ski de randonnée. Une fois la galère de la location de skis de rando passée, avec au final 15 modèles de fixations différents dont 14 qu’on ne connaît pas, des skis mal réglés, des peaux trop courtes ou trop longues, voire pas de peau du tout mais un espèce d’ersatz en plastoc, on peut se mettre en route. Pour ce qui est des couteaux, “Vous n’en aurez pas besoin”, dixit le loueur qui place également dans la conversation qu’il est guide et qu’il se demande bien quels charlots accompagnent le groupe, la routine quoi…

Comme tout le monde à un skipass dans la poche, on ne se la joue pas intégriste et on construit un bel itinéraire utilisant finement les remontées mécaniques, certains appellent ça de la freerando, un hybride entre le freeride et la rando. Le plan était de basculer dans le vallon de Cervière, remonter vers ce qu’on prend pour la Cîme de Fournier et qui est en fait les contreforts de la crête de Dormillouse mais c’est tellement bon à descendre qu’on ne regrette pas. Ensuite il faut rentrer à la maison par le col de Bousson, ensuite normalement c’est direct en bas jusqu’à la Capanna, mais c’est sans compter sur une erreur d’aiguillage en forêt et c’est à Bousson que finalement on atterri. Le loueur avait raison : “ce sont vraiment des charlots vos guides ! “.

Enfin, les conditions nivologiques particulièrement stables surtout dès le milieu de semaine ont permis aux skieurs des groupes forts de tâter de la pente raide, avec entre autres runs les couloirs NE du Mont de la Plane, les couloirs E du Fraiteve, les pentes E du Grand Charvia, les couloirs secrets de la Punta Rascia et bien sûr pratiquement toutes les pentes possibles sous le Rocher de l’Aigle.

1

Il ne reste plus qu’à prospecter pour le stage de l’année prochaine en essayant de deviner dans le marc de cappuccino où l’enneigement sera le meilleur.

 

 

Suivez moi

Thierry

Formateur ski de randonnée, accompagnateur montagne, animateur de formations "GPS et applis smartphone pour l'orientation en milieu naturel", un des co-fondateurs d'Oxygène.
Suivez moi

Les derniers articles par Thierry (tout voir)

A propos Thierry

Formateur ski de randonnée, accompagnateur montagne, animateur de formations "GPS et applis smartphone pour l'orientation en milieu naturel", un des co-fondateurs d'Oxygène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.