Ski de rando dans le Chablais

Début de saison en douceur pour quelques skieurs de randonnée d’OXYGENE, en douceur, à tous les sens du terme ou presque…

En montant à la tête des Lindards

En montant à la tête des Lindards

Douceur des températures tout d’abord car il ne faisait vraiment pas froid dans l’Alpe pour une mi-décembre mais c’est comme ça maintenant, si on veut se cailler sur des skis il n’y a plus guère qu’ Amnéville au mois d’août (bon d’accord, j’arrête…).

Douceur de la neige qui contre toute attente était constituée en grande partie d’une poudreuse très légère, pas bien épaisse il est vrai mais tellement agréable pour une reprise.

Enfin douceur du refuge, puisque partis pour un dortoirs suisse du côté du canton de Vaud, les informations de dernière minute – c’est le cas de le dire – sur l’état de l’enneigement nous ont vite fait changer de cap vers Samoëns dans le Chablais où nous attendait le “squatt à Sophie” et son confort douillet, ça sert d’avoir des relations…

Au milieu des lapiaz

Au milieu des lapiaz

Le samedi fut consacré à l’ouverture partielle du domaine skiable de Flaine et l’approche d’un style de ski auquel nous ne sommes pas habitué : le freeride au milieu des lapiaz. Le lapiaz n’est pas comme son nom donnerait à le penser un petit cousin du lapin mais simplement une zone calcaire parsemée de crevasses plus ou moins larges, plus ou moins profondes, plus ou moins visibles sous la neige, une sorte de glacier de pierre en somme.

DSC00033-5Le lendemain la tête des Lindards était au programme, départ par les pistes heureusement fermées de Flaine puis une montée dans un joli vallon jusqu’au sommet des Lindards après un petit dénivelé de 1 000 mètres environ. Le but initial était la tête du Colonney mais il faudra encore attendre quelques bonnes chutes de neige pour y aller en toute sécurité.

L’appel de la poudreuse en versant nord nous a conduit à tenter la descente sur ce versant pourtant pourvu d’une piste en temps normal. C’était sans compter sur la géologie traitresse de l’endroit qui là plus qu’ailleurs s’est amusé à creuser un dédale de crevasses à y perdre son latin de randonneur à skis.

DSC00044-4Quelques égarements et pas mal de conversions plus tard, l’itinéraire emprunté à la montée était rejoint et la descente pouvait se continuer sans soucis jusqu’en bas…ce qui est normal pour une descente, ce texte est vraiment d’une banalité navrante, vivement les vacances !

Pour avoir des infos précise sur cette course : Tête des Lindards sur C2C

Pour voir l’envers du décor : le dessous des lapiaz et même une petite plaquette sur le désert de Platé.

A propos des lapiaz de ce côté de Flaine, ils sont menacés et sont petit à petit détruits par les aménagements des pistes de la station de Flaine, pour plus d’infos sur le sujet consulter ce site consacré à la destruction des lapiaz de Flaine

 

Suivez moi
Les derniers articles par Thierry (tout voir)

A propos Thierry

Formateur ski de randonnée, accompagnateur montagne, animateur de formations "GPS et applis smartphone pour l'orientation en milieu naturel", un des co-fondateurs d'Oxygène.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.