Une semaine au pays d’Ötzi

Mais qui est donc cet Ötzi 1 ? Le cousin germain de Heidi ? Un nouveau moniteur Oxygène ? On a bien un Titou, on pourrait bien avoir un Ötzi…

IMG_6827

Et bien non, et les plus cultivés d’entre nous le savent, je veux parler de celles et ceux qui font plus souvent la queue pour voir un film iranien (en V.O. sous titré en allemand) que pour prendre la benne des Grands Montets, Ötzi est un ramasseur de champignons.

Vous me direz, il n’y a pas que lui, Daniel et Marie Noëlle aussi sont d’excellents ramasseurs de champignons et ils nous l’ont prouvé durant cette semaine en nous ramenant à plusieurs reprises un plein (petit) panier de girolles.

P1000223

Mais alors, qu’est ce qu’a ce Ötzi de si particulier ? Eh bien, il s’est perdu ! Je sais, il n’y a pas que lui. Tiens, justement, nos cueilleurs à nous aussi ils se sont égarés en cherchant le repas du soir alors que le reste du groupe se pâmait dans les eaux thermales bien chaudes qui se trouvent à proximité de notre camping super luxe.

A propos de camping super luxe, il faut préciser qu’en effet il ne manque absolument rien dans ce camping pour que camper soit un plaisir de tous les jours, même pas la stéréo dans les WC. Ne riez pas, c’est très pratique : lors d’un petit pipi vous pouvez écouter le bulletin météo ou bien le dernier tube de Mireille Mathieu en allemand (ne vous moquez pas, souvenez vous de votre dernière teuf à la Concorde au mois de Mai ! ), là où ça fait un peu bizarre, c’est le dimanche matin lors de la retransmission de la messe à la radio car en sortant des toilettes on a tendance à confondre lavabo et bénitier et à faire un signe de croix et une génuflexion au lieu de se laver les mains, mais c’est sans doute le manque d’habitude.

IMG_0451

Revenons à notre copain Ötzi. Il cueillait des champignons, d’accord, il s’est paumé d’accord mais qu’est ce qu’il a de si particulier. En fait, notre pauvre Ötzi s’est paumé sur un glacier et il en est mort, mais comme c’est arrivé il y a plus de 5 000 ans, (un samedi ou un dimanche, on n’est pas très sûr…), il n’y a plus grand monde dans la vallée pour porter le deuil. Bien au contraire, puisque non loin de notre camping un village-musée entier lui est consacré, très bien fait en plus.

Il y a même de temps en temps des reconstitutions avec des hommes, des femmes et des enfants qui ressemblent fortement à nos ancêtres préhistoriques, d’ailleurs quand on a voulu visiter nous avons eu toutes les peines du monde à expliquer à la caissière que nous n’étions pas la nouvelle troupe de figurants.

IMG_0148

Mais de quoi donc est mort ce pauvre gars ? Une des hypothèses retenues est qu’il serait mort de faim ! Personnellement je n’y crois pas du tout, car mourir de faim au Tyrol et surtout dans cette vallée est purement impossible. En effet, même sur les plus hauts sommets du coin, on est rarement à plus d’une heure ou deux d’un charmant petit chalet en pierre et en bois où il est possible de déguster charcuteries délicates et gâteaux en tout genre comme le fameux Kaiserschmarren (voir l’article de l’an dernier… ), quant à mourir de soif, vu la variété de bières disponibles partout, inutile d’y penser.

A propos des plus hauts sommets, la météo de cette année étant particulièrement clémente, nous avons pu faire flotter la bannière OXYGENE (en fait un vieux T-shirt de Daniel) sur quelques beaux sommets de la région : le Rotkogel, le Wildes Mannle et pour les plus aguerris le point culminant de la région la Wildspitze qui culmine à près de 3 800 m.

Ces deux derniers sommets ont d’ailleurs constitué le temps fort de cette semaine puisque grâce à un timing d’enfer et après une nuit en refuge une partie de l’équipe est partie à l’assaut de la Wildspitze.

P1000153

L’arrivée au sommet fut saluée comme d’habitude par un “Et voilà le travail !” de la part de Daniel. Nos collègues germains qui nous suivaient lanceront quant à eux un “Berg Heil 2” qui résonna un peu bizarrement à nos oreilles…

A propos de résonner, le dernier soir de notre séjour, nous avons assisté à une démonstration peu banale : un concert de fouets. Non, nous avons pas participé à une soirée sado-maso 3 mais à une tradition qui viendrait du Tyrol du sud et qui consistait à communiquer d’un alpage à l’autre où même avec la vallée en produisant des claquements avec un fouet qui résonne dans la montagne mieux que ne le ferait un coup de fusil. Impressionnant, surtout lorsque c’est exécuté par des gamines de 6 ou 7 ans ; après la démo même notre Sacha n’a pas cherché à embêter les gamines !

IMG_0427

Revenons à nos moutons ou plutôt nos sommets… Donc pendant que l’élite alpinistique d’Oxygène se battait contre les éléments sur le “toit du Tyrol” (en fait, il faisait grand beau mais ça fait mieux dans le récit…), l’autre partie de l’expé restée au refuge et composée des plus jeunes se préparait moralement à coup de Kaiserschmarren à leur Everest à eux, le Wildes Mannle (l’homme sauvage !) un très beau sommet qui culmine à plus de 3 000 m. et s’atteint par un sentier quelque peu acrobatique avec des vues magnifiques sur les montagnes environnantes.

Après cette grande journée, 12 heures de marche pour les plus grands mais pas loin de la moitié pour les plus petits, point de scrupules pour engloutir des litres de cette fameuse boisson locale à base de houblon qui se boit bien fraîche….

Allez, bons baisers du Tyrol !

P1000096

 

PS: Pendant notre séjour au pays d’Ötzi, même si on y est absolument pour rien, des chercheurs suisses (donc fiables comme l’horlogerie du même nom) ont réussi à prouver qu’Ötzi avait été tué par une flèche. On a toujours dit et répété qu’il était dangereux de jouer aux indiens sur un glacier crevassé !

Pour ceux que ça intéressent :

 

  1. Prononcez “Eutsi” si vous ne voulez pas avoir la chouffe
  2. Vive la montagne
  3. Ca y est je sens que grâce aux moteurs de recherche la fréquentation de notre site va exploser !
Suivez moi
Les derniers articles par Thierry (tout voir)

A propos Thierry

Formateur ski de randonnée, accompagnateur montagne, animateur de formations "GPS et applis smartphone pour l'orientation en milieu naturel", un des co-fondateurs d'Oxygène.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.