La recette du Saulxures Mont Blanc Express

Souvenez-vous, à la dernière AG d’OXYGENE, Thierry, comme d’habitude, allèche l’auditoire et cherche à (r)éveiller la curiosité des oxygéniens réunis en annonçant le programme de la saison à venir.

Agenda bien calé sur les genoux, tout le monde cesse alors de papoter avec son voisin prêt à saisir au vol les dates des sorties à venir. Les “génial” ou autres “on ne va pas manquer ça ” fusent alors dans la salle jusqu’au moment où il annonce très fièrement le projet de rallier Chamonix en vélo depuis Saulxures les Nancy – Pourquoi Saulxures ? C’est expliqué ici– puis de gravir ensuite le Mont Blanc, le tout en autonomie, sans recourir à un quelconque moyen motorisé.

P1030920-1

Je me souviens très bien que la salle est devenue hilare et quelqu’un a même dit “à part Marie-Noelle et toi, on ne voit pas qui va y aller… ” …..

8 mois plus tard…

Vendredi 3 Juillet, 9 h précise – euh… non en fait un bon 10h30, on est en retard toute l’année, pourquoi serait on à l’heure le premier jour des vacances ? – la “caravane” du Saulxures Mont Blanc Express s’ébranle. Oui ! parfaitement la “caravane”, composée de 7 vélos bardés de sacoches pour certains et certaines et deux carrioles pleines de bagages.

  • Ah bon ? Il était pas tout seul, le “grand” alors ?
  • Ben non, il en avait forcé des z’autres à venir avec lui à ce qui parait, pis y avait même des gôôôsses, si c’est pas malheureux de voir ça…

IMG_2434

Ca y est, c’est parti sous les encouragements forts sympathiques de Michel Candat maire de Saulxures et de quelques élus – au passage spéciale dédicace à Annick pour le soutien prodigué avant, pendant et après ce périple, c’est un peu grâce à elle si on y a cru jusqu’au bout ! –

Euh… au fait c’est par où le Mont Blanc quand on sort de Saulxures ?

P1030774

Pas de soucis, un truc comme ça c’est comme de la bonne cuisine, ça se prépare et la recette est finalement assez simple :

Prenez une bonne vieille carte de France, celle du calendrier des postes fera l’affaire, tracez avec un crayon à la mine bien taillée une ligne droite entre Saulxures-lès-Nancy et le sommet du mont Blanc. Le gros truc bleu là au milieu marqué “Lac léman” ? Pas de soucis on s’en occupera plus tard…

Ensuite, il suffit de se procurer la bonne quinzaine de cartes au 1/25 000 ème traversées par le trait de crayon, votre détaillant IGN de quartier vous y aidera sans problème, plus elle est fraiche (la carte), meilleur c’est, ensuite reproduire ce trait sur les dites cartes.

IMG_2477

La dernière opération, la plus délicate mais aussi la plus jouissive, consiste à étaler toutes ces cartes par terre (prévoir une grande pièce voire le gymnase du quartier) et à laisser vagabonder son esprit en imaginant les chemins, le relief, les paysages, les villages traversés, les rivières et les lacs où se baigner, etc…

Mais passons à table, avec nos menus gastro-graphiques de chacune de nos 14 étapes :

Un Saulxures-Charmes dans son jus, arrosé d’un coulis de canal

Pour cette première étape, la recette était simple mais ça a bien failli tourner au vinaigre. Au menu, un assortiment de voies vertes avec quelques chemins de halage en garniture, le tout avec très peu de calories devant permettre de tenir jusqu’au sympathique camping de Charmes, une mise en bouche en quelque sorte…

Mais les enfants, vous savez ce que c’est, difficile de les tenir à table, surtout le premier jour des vacances. A vélo c’est pareil, pour un rien ça saute, ça gigote et… plouf au canal avec le vélo, comme dans les bons vieux intervilles de notre enfance.

A la pêche au vélo...

A la pêche au vélo…

  • Ma chère Simone, je crois que notre ami Sacha vient de marquer un point pour son équipe, on espère juste qu’il ne s’est pas fait mal…
  • Tout à fait Guy, c’est vraiment extraordinaire ce qu’on vit ce soir et maintenant place aux vachettes…
Même pas eu peur !

Même pas eu peur !

Rassurez-vous on a décommandé les vachettes, séché le gamin, ôté les algues du pédalier et c’est reparti vers le Mont Blanc. Quelque chose me dit qu’on n’est pas arrivés…

Canal farci à la voie verte, coupe nonol en dessert

A vélo, comme à table, on fait parfois des excès. Excès de poids (dans les charrettes c’est sûr), excès de vitesse, excès de kilomètres, ce fut le cas aujourd’hui avec une étape gourmande au sens cycliste du terme, et, à vrai dire, aussi au sens gastronomique…

IMG_2485

Au départ, le menu était très light, une petite cinquantaine de bornes jusqu’à un lieu magique ne serait ce que par son nom: le Pont Tremblant. Et puis, la Voie Verte du Canal de l’Est, c’est comme les cerises qu’on rapine sur ces berges, quand on commence, on ne peut plus s’arrêter, on a donc tout avalé d’un coup (la voie verte, pas les cerises, faut suivre…) et avec l’élan, hop on est remonté jusqu’au camping de Fontenoy le Chateau ; 70 bornes sans faux col -en fait si un tout petit après Bouzey, juste pour faire râler les gamins- : bravo les loupiots, et pas de freestyle au dessus du canal aujourd’hui, c’est en cyclant qu’on devient cycliste…

P1030755-2

Le camping de Fontenoy le Château est tenu par des hollandais -des nonols comme on les appelle ici-, anciens mariniers qui à force de passer par là et de se dire “oh, wat is dat mooi, hier” 1, ont fini par vendre la péniche et acheter un camping pour le plus grand bonheur des randonneurs de passage.

Chiffonnade de sentiers à la cancoillotte

Même si la départementale haute saônoise n’est pas trop fréquentée, elle l’est encore trop à notre goût, c’est donc une alternance de routes forestières, de petites vicinales – vous savez les petites routes blanches sur les cartes Michelin !- et de sentiers qui étaient au menu pour relier Vesoul et son camping étoilé.

“On est désolé, mais on n’a plus de sentier” nous dira t’on à la Grange L’Huillier devant un paysage pourtant attirant de parcs où paissent de magnifiques chevaux comtois.

“Vélo sur l’épaule et en avant marche ! On passera quand même”. “Ce que j’ai fait ce jour là, aucune bicyclette ne l’aurait fait” raconterons plus tard nos biclous… En Haute Saône, il faudrait toujours avoir une machette sur le porte bagage…

P1030766

Carpes frites au bord de l’Ognon et gâteaux de Montbozon en dessert

A Vesoul, Fred, Sof et leurs deux enfants viennent grossir le convoi, deux carrioles de plus, ça commence à faire sérieux, si on avait osé on aurait presque pu convoquer la presse…

IMG_2507

Les gâteaux de Montbozon sont un délice, les eaux de l’Ognon -qui ne piquent pas les yeux comme on pourrait le croire- sont un vrai bonheur par cette chaude journée d’été, et la friture de carpes vient tordre le cou à la légende qui voudrait que les cyclistes ne mangent que des pâtes !

Premières côtes à la jurassienne avec un petit Glamondan pour faire passer

Encore une étape volontairement assez cool. A l’avant, on cause pignon, à l’arrière on parle chiffon, à moins que ce ne soit l’inverse. Les gamins se tirent la bourre. La caravane s’installe dans sa nomanitude…

Les enfants sont enchantés de la halte de midi à la “ferme aux enfants”, un endroit pourtant bien défraichi mais tenu par un couple fort sympa qui nous résout en un éclair notre problème du jour : “Où va t’on passer la nuit”.

  • Je sais que dans le temps, à Glamondan, y f’sait camping à la ferme, mais vous dire si ça existe encore…

IMG_2522-2

Et comment que ça existe encore et l’endroit est magique, c’est d’ailleurs difficile de quitter un endroit pareil mais le Mont Blanc est encore loin !

Ce sera juste une petite Morteau pour moi s’il vous plait…

Au départ de l’étape, s’échange ce dialogue furtif :

  • Il y a beaucoup de côtes aujourd’hui ?
  • Non, aujourd’hui, il n’y en a pas beaucoup, il n’y a que de la montée !

Et c’est vrai que cela monte toute la journée… sauf à la visite du gouffre de Poudrey car là il faut descendre sous terre mais sans les vélos, c’est interdit… enfin on suppose, on n’a pas essayé…

Voyage au centre de la Terre

Voyage au centre de la Terre

Les gamins roulent comme des bolides car nous leur avons promis de visiter aussi le dino-zoo situé à un jet de pierre du gouffre de Poudrey.

Les triceratops, brachiosaures ou autres tyranosaures ne nous font pas oublier que nous devons aussi retrouver Marie-Noëlle rappelée à son devoir quelques jours plus tôt. Thierry finit donc l’étape le portable collé à l’oreille, un vrai directeur de courses !

IMG_2542

Aujourd’hui le bivouac sera installé en bordure d’un terrain de foot sous l’oeil curieux d’un âne qui nous servira de réveil-matin : Debout, il est hi-han moins le quart !

Mais attention un bivouac sommaire n’empêche nullement une soirée gourmande, surtout quand une des bonnes tables du coin (la ferme paysanne) se trouve à 200 m. du dit bivouac, à croire même que c’était fait exprès…

IMG_2561-2

Assortiments de combes arrosé d’un grand lac bien frais

Quel bonheur de voir que ce qui semblait beau sur la carte est au final magnifique, physiquement exigeant, surtout pour les petits mollets des loupiots, mais vraiment MA-GNI-FI-QUE ! Dans le Haut Doubs, y a vraiment rien à jeter !

IMG_2596-2

Mais, c’est ce jour là que LA crevaison à frappé ! De plus, elle s’en est pris lâchement au plus jeune d’entre nous et à plusieurs reprises encore ! Le pauvre gamin a dû finir l’étape dans la charrette -au fait, à quoi elles servent ces carrioles, car les gamins n’y vont jamais ?-

Le lac de St Point nous a donc vu arriver un peu tardivement, trop tard pour la baignade, trop tard pour la dégustation de Morteau et de Comté mais juste à tant pour avaler une pile de pizzas bien méritées.

  1. Qu’est ce que c’est beau ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.