OXYGENE au Paradis

Benvenuto a tutti al più alto campeggio d’Europa, Pont Breuil , a 2000 metri d’altitudine (Valle d’Aosta) , cullati dal canto 1 del torrente Savara.

IMG_5106-2

C’est là en effet que s’étaient donné rendez-vous 21 membres d’Oxygène, valdôtains occasionnels, arrivés au compte-gouttes, du jeudi au dimanche. Leur but, entre autres, atteindre le sommet du Gran Paradiso , 4061 mètres, (« qui sert souvent de première ascension aux alpinistes débutants »), leur 13° sommet européen. (Le Grand Paradis n’est pas le point culminant de l’Italie au sens strict mais le plus haut sommet complètement italien, les autres étant tous des sommets frontaliers.)

IMG_0365

En parlant de compte-gouttes … impossible de les compter, les gouttes, de jour, et de nuit parfois, (Mihai en a même plié sa tente pour dormir dans sa voiture, plus au sec !) mais grâce à l’auvent accueillant de Michèle et Alain, les repas ont été pris à l’abri ; les enfants ont regardé des films dans le camion rouge, et certains ont acheté des parapluies multicolores pour visiter Aoste, la romaine. Donc, pas si mal joué !
Et on avait les douches chaudes pour nous tout seuls !

P1580278

Mais entre les gouttes, le soleil !

Le Gran Paradiso, c’est aussi un parc national, réservé aux bêtes « sauvages » (donc, pas pour Déclic, le chien des Martin, la mascotte des enfants) : bouquetins, chamois, marmottes qui se laissent approcher et observer. Mais le soir, une « bête » rendait visite à Brigitte sous sa tente, puis visitait les réserves de nourriture, avant de s’en retourner. Yeti ? Loup ? Ours ? Les spéculations allaient bon train et l’énervement s’emparait des campeurs.

IMG_5043

Alors ? Mais un soir, il a été vu « la patte dans le sac » ! « Le p’tit Futé » en personne, à l’affût de tout ce qui pouvait se croquer ! Il a plombé les comptes « bouffe » du club! car rusé …. comme un renard, il a, entre autres, réussi à ouvrir la fermeture éclair d’une glacière (et il ne l’a même pas re-fermée), alléché par les fromages italiens à peine entamés qu’il a emportés … pour accompagner les deux miches de pain chipées la veille ! Heureusement qu’il n’a pas pu atteindre not’ p’tit rouge !

IMG_5131-2

Et le sommet dans tout ça ? On y va … mais d’abord, entraînement le mardi ! Lever à 5h30, départ 6h30 vers le col du Grand Etrêt que l’on aperçoit tout en haut de la vallée :crampons, piolets, cordes, il faut tester les marcheurs et le matériel … (les nœuds de huit, pour Claude) !

P1070819

« Ah, ces vendeurs qui n’y connaissent rien et qui refilent des chaussures qui ne vont pas avec les crampons !! tous des NULS ! » Heureusement, après des échanges, des permutations, des essais, les pinces et les tenailles, tout le monde a pu « cramponner », même sur les rochers !

Ceci est un exercice ...

Ceci est un exercice …

Dommage pour Mihai obligé de rentrer plus tôt, car le mauvais temps nous ayant obligés à reporter notre ascension du Gran Paradiso d’une journée, il n’a pu connaître l’ivresse du 4000 m …

Départ le jeudi après-midi, à 14h tapantes pour monter au refuge de
Victor-Emmanuel II à 2732 mètres d’altitude. Tout le groupe monte, mais certains redescendent pour dormir au camping (puis remontent, comme Claude, qui n’en a jamais assez !). Le soleil est de la partie et permet de s’attarder sur la terrasse du refuge jusqu’au repas du soir, mais au 2° service tant il y a de monde (152 lits + 40 dans le refuge d’hiver !). Claude, encore lui, pour se rafraîchir de sa double montée, se jette doucement dans le lac à très basse température ! (sont fous ces Nîmois) quand d’autres ont trois polaires sur le dos !
1ère nuit en refuge pour Agathe !

La piscine du refuge

La piscine du refuge

Debout pour 9 d’entre nous à 3h30, petit-déj à 4h, départ 4h30 à la frontale mais pas longtemps : c’est la pleine lune et le soleil se lève tôt. Les cordées se suivent, se dépassent, on ajoute des couches au fur et à mesure que l’on s’élève et ça y est (euh, au bout de 7h-8h quand même), le sommet est là.

IMG_8842-2

Certains se disent que rester au pied est le plus sage, vu le vide de chaque côté de ces « cailloux ». Mais alors tombe la phrase mythique et tant redoutée « Ce serait dommage de ne pas y aller ! ». Donc, je t’assure, tu m’assures, hé, il n’assure rien ! et on s’entasse tous aux pieds de la Vierge (le lieu est étroit et très couru).

IMG_8847

On change d’itinéraire pour la descente, on se retrouve, enfin, seuls et c’est Marie-Ange qui sert de « démineur » pour indiquer le chemin sur les ponts de neige du glacier. Puis direction refuge « Federico Chabod, situé au pied de la paroi Nord Ouest du Grand Paradis, à 2750 mètres » ; Et dire que quand on y est, on se croit arrivés ! Mais il ne nous reste « plus » que 2h de descente, « empruntant l’ancien chemin muletier royal qui traverse un bois de mélèzes». De quoi vous fusiller genoux, pieds, doigts de pieds … pour arriver à 3 ou 4 km du camping. Heureusement, des Saint-Bernard prévenants nous attendaient avec leur voiture à l’arrivée !

IMG_8848

Pendant ce temps, lever plus tardif pour l’autre groupe qui veut rallier le refuge Chabod par « un sentier facile et balisé » qu’ils disent dans le guide ; demandez aux genoux de Brigitte ce qu’ils en pensent ! Déjeuner bien mérité au refuge et descente (longue !) vers la vallée. Bravo aux plus jeunes !

P1030549

Pas question de préparer à dîner après une journée pareille : Champagne français pour fêter notre ascension (la première à 4000 m pour certains) et la descente ! et soyons fous, pizzas au restau du camping.

Les summiters

Les summiters

Repos bien mérité et départ le samedi car le mauvais temps s’annonce.

Bravo et merci à Thierry, sans qui je ne serais jamais allée me « perdre » au fin fond de cette superbe vallée italienne et à tous pour leur bonne humeur et la convivialité.

P1580517Détails techniques des courses réalisées :

Portfolio

  1. bercés par le chant

Les derniers articles par France (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.